• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Black Instagram Icon

THE DIVISION

RAPID REORGANIZATION OF TERRITORIES

mai 2019, ESBANM Nantes / ENSAD Paris

LA DIVISION
Rapide réorganisation des territoires

 

Extrapoler la division. Faire de la division une métadivision.

 

L’école des beaux arts de Nantes invite les arts décoratifs de Paris au campus de Suncheon pour partager une expérience, une réflexion et des pratiques autour du territoire et des clivages qui l’envahissent, le fissurent, le stigmatisent ou le défigurent, ou simplement l’organisent selon des exigences agronomiques spécifiques.

 

Nous avons arpenté le 2ème tunnel et les tranchées sur la DMZ à Cheorwon, la reconstitution de la Joint Security Area dans les studios cinéma Namyangju de Kofic, la prison de Seodeamun et le musée de la guerre à Séoul. Nous avons appréhendé le sanctuaire écologique inviolé que la DMZ dissimule sur plus de 1000 kms2, préservé par son statut militaire de plus de 60 ans, et ces parcours nous ont permis d’engager cette expérience collective du territoire de conflit intercoréen.

 

La division coréenne s’exerce sur de nombreux plans : militaire, constitutionnel, émotionnel, géographique, géopolitique, social, culturel et linguistique... C’est ce dédoublement linguistique que le géographe français Michel Fouchet qualifie de métafrontière, une frontière qui dépasse temporellement et spatialement le territoire dans lequel elle s’inscrit au départ : la frontière coréenne s’exporte avec les coréens émigrés au Kazakstan, où la division linguistique a été l’enjeu, dans les années 1990, d’une véritable guerre des langues pour les deux Corées.

 

Nous nous engouffrons dans ce dépassement temporel et spatial, nous l’investissons, le questionnons, nous observons les voies sinueuses et inattendues où il nous conduit. Le campus est, pour cette occasion, envisagé comme territoire de division : division frontalière, poétique ou géographique, formelle ou métaphorique, mythologique, elle produit des formes, des objets et des images qui nous renvoient à nos propres modes de perception de cette organisation particulière du territoire qui nous fait face, qui s’impose à nous.  Nous invitons nos pratiques spécifiques à y répondre : la sculpture, l’installation, l’image fixe et mobile, le son et la performance. Surgissent des dioramas à vedute (vues) et des montagnes flottantes à meurtrières, des topographies agricoles, une bête ubiquitaire surgie d’un fantasme du passé coréen, des superpositions de paysages sonores, des failles linéaires et frontalières sur une terre infertile, des sons liquides qui nous projettent dans les souterrains du Nord…

 

Nos expériences, présentées au campus, sont construites à partir de rien, de presque rien, dans une dynamique de récupérations d’objets, de matériaux, au gré de nos déplacements dans les rues de Suncheon. Ce qui implique des contraintes formelles difficiles mais sollicite des formes de créativité qui, par les perturbations qu’elles occasionnent, nous propulsent sur des voies imprévues : un énorme bénéfice.

THE DIVISION
Rapid reorganization of territories.

 

Extrapolate the division. Make the division a metadivision.

The School of Fine Arts in Nantes invites the Decorative art school of Paris to the Suncheon campus to share an experience, a reflection and practices around the territory and the cleavages that invade, crack, stigmatize or disfigure it, or simply organize it according to specific agronomic requirements.
 
We surveyed the 2nd tunnel and trenches on the DMZ in Cheorwon, the re-enactment of the Joint Security Area in the Namyangju Movie Studios in Kofic, the Seodeamun Prison and the Seoul War Museum. We have apprehended the inviolated ecological sanctuary that the DMZ conceals on more than 1000 km2, preserved by its military status of more than 60 years, and these courses allowed us to engage this collective experience of the territory of inter-Korean conflict.

The Korean division is exercised on many levels: military, constitutional, emotional, geographical, geopolitical, social, cultural and linguistic ...It is this linguistic duplication that the French geographer Michel Fouchet describes as metafrontière, a border that goes beyond time. and spatially the territory in which it is originaly a part of: the Korean border is exported with the Korean emigrants to Kazakstan, where the linguistic division provoked, in the 1990s, a real war of languages between the two Koreas.

We immerse ourselves in this temporal and spatial overtaking, we invest it, question it, we observe the sinuous and unexpected ways in which it leads us. The campus is, for this occasion, considered as a divisional territory: border division, poetic or geographical, formal or metaphorical, mythological, it produces forms, objects and images that refer us to our own modes of perception of this particular organization of the territory facing us, which imposes itself on us. We invite our specific practices to respond to it: sculpture, installation, still and moving image, sound and performance. There are vedeter dioramas (views) and deadly floating mountains, agricultural topographies, a ubiquitous beast from a fantasy of the Korean past, superimpositions of soundscapes, linear and border faults on an infertile earth, liquid sounds who throw us into the undergrounds of the North ...

Our experiences, presented on campus, are built from scratch, from almost nothing, in a dynamic of recovering objects, materials, as we move in the streets of Suncheon. This implies difficult formal constraints but solicits forms of creativity that, by the disturbances they cause, propels us on unforeseen ways: a huge benefit.

Avec Maxime Bagni, Yves Bartlett, Anouk Buron, Léonore Camus-Govoroff, Christiane Carlut, Louis Chaumier, Estelle Cheon, Roméo Ciavaldini, Alain Declercq, Yuna Denis, Victor Duzelier, Adèle Javaux,  Alice Lejeune, Noé Leleu, Filip Pietuch, Wesley Roque Da Silva, Christophe Tabet